Inde : une fillette qui vivait parmi les singes découverte dans la forêt

Inde : une fillette qui vivait parmi les singes découverte dans la forêt


Une petite fille de 8 ans retrouvée il y a deux mois dans la jungle parmi les singes est en ce moment même hospitalisée en Inde…

 

A mi-chemin entre Tarzan et Le livre de la jungle. Ce sont des élagueurs travaillant dans la réserve naturelle de Bahraich dans le nord de l’ Inde qui ont donné l’alerte. Il y a deux mois, alors qu’ils coupaient des branches, ils ont aperçu une petite fille émaciée parmi un troupeau de singes.

Selon l’officier de police Dinesh Tripathi, interrogé par Time of India, les singes semblaient la considérer comme une des leurs et ont tenté d’effrayer les policiers venus récupérer l’enfant qui « semblait faible et était très affamée ». Malgré la peur de la fillette, « terrifiée par [les policiers] », l’officier « s’est dépêché de partir avec elle dans sa voiture de police tandis que les singes leur faisaient la chasse », raconte-il.

>> Protection des animaux : 10 campagnes chocs de célébrités

Alors que la petite Mowglie, âgée d’environ 8 ans selon les médecins interrogés par l’agence indienne le Dailymail, est maintenant internée dans un hôpital du nord du pays, des photos ont été relayées par la presse locale. Il semblerait que son comportement soit celui d’un animal : elle mange au sol et se déplace en se servant non seulement de ses jambes mais également de ses bras, selon le docteur K.Sing, chef médical et surveillant général de l’ hôpital d’Etat. « Elle n’est pas encore capable de parler, mais comprend tout ce qui est dit et sourit même ».

 

***********

L’histoire de cette fillette rappelait «Le livre de la jungle». Elle est en réalité bien plus sordide.

La presse locale lui avait trouvé un joli surnom : «Mowgli girl». Depuis jeudi et la propagation sur les réseaux sociaux d’un papier du «Times of India», l’histoire de cette fillette de huit ans retrouvée vivante parmi les singes dans une forêt du nord de l’Inde en janvier avait fait le tour du monde. L’enfant, dont le destin rappelait celle du héros du «Livre de la jungle», avait été arrachée à la vie sauvage par un policier avant d’être emmenée dans l’hôpital voisin de Bahraich, où elle apprenait difficilement à vivre comme un être humain.

Sauf que l’histoire est en réalité loin d’être aussi belle. Le quotidien britannique «The Guardian» livre une toute autre version, qui s’appuie sur le témoignage de JP Singh, responsable forestier, qui affirme que la fille a été repérée au bord d’une route et non en plein coeur de cette zone boisée située à côté de la frontière népalaise. «Si elle vivait avec les singes, c’était seulement depuis quelques jours», estime-t-il.

 

«Ses expressions du visage montrent qu’elle est handicapée, non seulement mentalement mais aussi physiquement, poursuit-il. Je pense que la famille de cette enfant était consciente qu’elle ne pouvait pas parler, et elle l’a sûrement abandonnée près de la route.»

 

Des progrès rapides qui ont intrigué les médecins

 

A l’hôpital de Bahraich, on a d’abord pensé que l’incapacité de la fillette à s’exprimer et ses accès de violence s’expliquaient par son éducation parmi les animaux. Mais ses rapides progrès ont convaincu les responsables de l’établissement hospitalier de remettre cette version en cause. «Elle rampait au début mais elle marche normalement maintenant, souligne le docteur Arun Lal. Cela signifie qu’elle n’est pas née dans la forêt.»

Mais si l’enfant a été abandonnée, ce serait aussi en raison de son sexe. L’Inde valorise les hommes, au point que l’avortement de foetus féminins est encore pratiqué dans certaines régions du pays. «Certaines familles accordent moins de valeur aux filles qu’aux garçons, déplore Ranjana Kumari, une Indienne qui milite pour les droits des femmes. Ces familles préfèrent se débarrasser d’une fille que de dépenser de l’argent pour l’élever.» En attendant, celle que l’on appelait «Mowgli girl» doit être transférée ce dimanche dans un orphelinat.

 

Vu sur   leparisien.fr