Jean-Luc Mélenchon se justifie après l’achat d’un jet privé par le Parti de gauche


Nouvelle polémique en vue pour le tribun de gauche. Après avoir été raillé pour ses louanges sur la classe Affaire en avion, Jean-Luc Mélenchon, lassé des critiques, a décidé de passer le pas et préfère désormais voyager en jet privé. Reportage.

Nouvelle polémique en vue pour le tribun de gauche. Après avoir été raillé pour ses louanges sur la classe Affaire en avion, Jean-Luc Mélenchon, lassé des critiques, a décidé de passer le pas et préfère désormais voyager en jet privé. Reportage.

Ses déclarations sur sa volonté de ne plus voyager en classe éco mais en classe affaire avaient fait sourire ou grincer les dents. Mais l’achat d’un jet privé par le Parti de gauche pour ses déplacements en France ou à l’étranger risque de ne plus faire sourire. Jean-Luc Mélenchon a justifié l’achat par les nombreuses critiques reçues à son encontre après ses propos sur la classe Affaire. « Tout le monde a ironisé, ah dis donc voilà Jean-Luc Mélenchon qui prend l’avion. Quelle histoire ! Eh bien, oui je prends l’avion, je vis avec mon temps » a-t-il tonné ce matin au micro de France-Info.

Interrogé sur l’image qu’il risque désormais d’incarner, l’homme politique se défend, affirmant à nouveau vivre avec son temps. « À mon âge, même la classe Affaire ne suffit plus. De plus, les plans sociaux se multiplient partout en France. Le Parti de gauche doit être présent là où il est attendu. Avec cet avion, je peux me rendre sur n’importe quelle zone de plan social en moins de deux heures ». Un cadre du parti expliquait sous couvert d’anonymat que l’avion était ainsi toujours prêt, avec un plein d’essence et un équipage prêt à décoller à la moindre alerte.

Quant à l’achat de l’avion, là aussi Jean-Luc Mélenchon s’explique : « Nous l’avons acheté chez Dassault Industrie. Je connais personnellement les ouvriers qui ont travaillé sur cet avion. Et je sais qu’ils sont très fiers de voir le fruit de leur travail servir une cause juste » a-t-il martelé avant de siroter un verre de champagne alors que l’avion commençait ses manœuvres de descente sur l’aéroport d’Ibiza.

La Rédaction  Le Gorafi.fr